Actualités


Festival des Sexualités Joyeuses

Le samedi 16 mars, le Point Éphémère accueillera toute la journée le Festival des sexualités joyeuses à l’occasion des cinq ans de l’association Les Chahuteuses. À partir de 20h30 se tiendra le “Show du chahut” où se succèderont différents intervenants et différentes performances. J’y participerai le temps d’une courte lecture autour du thème de l’asexualité. Tous les détails pratiques sont…


Un témoignage dans Femme Actuelle

J’ai été récemment conviée à partager mon expérience autour de l’asexualité et de l’absence de vie de couple dans le cadre de la rubrique Psycho de Femme Actuelle. Le témoignage est paru ce lundi, dans le numéro 1798 de la revue. Un grand merci à la journaliste Isabelle Gravillon pour m’avoir ouvert les pages de la revue.  


Interview vidéo pour la librairie Mollat

Lors des dernières Utopiales, l’équipe de la librairie Mollat de Bordeaux a réalisé une série d’interviews vidéo destinées à sa chaîne YouTube, avec par exemple Catherine Dufour, Kij Johnson ou encore Gilles Dumay. L’occasion m’a été offerte d’y parler de mon livre Nous qui n’existons pas, de sa genèse, de la nécessité pour moi de l’écrire et de la relation…

Actualités précédentes : Un podcast autour de l’amour (6 février 2019) | Tables rondes des Utopiales : “Autrice et traductrice” (11 janvier 2019) | Tables rondes des Utopiales : “Sous/sur la peau” (28 décembre 2018) | Quelques mots sur “Oathbringer” (10 décembre 2018) | Une tribune pour le Huffington Post (2 décembre 2018) [ toutes les actualités ]

Derniers articles sur le blog


L’âge de déraison

  Rien ne se perd Mais tout se crée, Tout se transforme Et tout renaît. Perdre en vigueur Ce qu’on gagne en sagesse, Rire au nez des vieilles peurs Et saisir les promesses, Goûter bien mieux les heures Dans la nouvelle ivresse. Oser se démasquer Sans redouter demain, Apprendre à s’écouter Pour devenir enfin Ce qu’on aurait été Sans entraves…


Ici les rues sont vides

Ici les rues sont vides Et la brume les noie, Le silence est fétide Et le jour aux abois, La nuit se fait livide Et propice à l’effroi, Les heures mêmes sont perfides Qui glissent entre vos doigts. Parfois le long des murs J’entends se faufiler D’informes créatures Aux sanglots de damnés, Leur chair contre nature Atrocement marquée Par de…


Les monstres se sont tus

  Les monstres se sont tus Et j’ai peine à le croire, Je ne les entends plus Chuchoter leurs histoires. Auraient-ils disparu Sans même un au revoir Après m’avoir tendu Si longtemps ce miroir ? Plus d’esprits enchaînés Dans de sombres bâtisses, Plus de loups éveillés Par d’anciens maléfices, De tigres éthérés Sous des lunes complices, Plus de dragons cachés…

Billets précédents : Figuration et autres nouvelles musicales (24 janvier 2019) | Éloge du célibat (21 janvier 2019) | J’ai choisi la guerrière (17 janvier 2019) | Des rencontres en images (10 décembre 2018) | “Dialectique de la pop” (Agnès Gayraud) (23 septembre 2018) [ Voir le blog ]