Blog : tag musique - page 3

Chic planète

Small Blue Planet, c’est le nom d’un podcast créé il y a quelques mois par Cheryl Morgan (que d’aucuns se rappelleront avoir croisée aux Imaginales il y a quelques années), et qui s’intéresse à l’édition de science-fiction et de fantasy dans différents pays non-anglophones. Une heure de conversation avec deux représentants du fandom local pour parler des festivals et conventions, des éditeurs et revues, des auteurs traduits ou non traduits. Après la Finlande, la Chine et le Brésil, Cheryl Morgan s’intéresse à la France dans le dernier épisode, et j’y participe en l’excellente compagnie de Lionel Davoust. Je vous prie par avance d’excuser les éventuelles bêtises que j’aurais pu y proférer sous l’effet d’un trac que je vous laisse imaginer, n’ayant pas l’habitude de répondre à ce genre de questions en anglais. Je vous conseille par ailleurs fortement l’écoute des épisodes précédents, instructifs et conviviaux à la fois.

À propos de conseils, j’attire votre attention sur la présence samedi prochain à la librairie Charybde de Laurent et Laure Kloetzer pour présenter leur roman au titre improbable, L’Anamnèse de Lady Star. Outre l’excellente nouvelle « Trois singes » parue dans l’anthologie Retour sur l’horizon et qui s’intègre apparemment au roman, j’ai eu l’occasion de lire il y a quelque temps un extrait qui m’avait scotchée : complexe, magnifiquement écrit, et sacrément intriguant. Si tout le roman est du même niveau (et on me souffle qu’il l’est), il n’est pas totalement à exclure que ce soit une lecture indispensable. En tout cas, il y a longtemps qu’un roman ne m’avait pas autant intriguée avant lecture sur la foi d’un seul extrait.

 

Autre référence indispensable, en musique cette fois : j’ai déjà dit ici tout le bien que je pensais de l’artiste belge Liesa Van der Aa, de son album Troops et de ses concerts impressionnants où elle joue la femme-orchestre seule avec sa voix, son violon et ses pédales d’effets. Pour l’avoir revue deux fois ces derniers jours, je commence à peine à mesurer l’ampleur du phénomène. Quasiment toutes les réactions que j’ai entendues de la part de personnes l’ayant découverte en live, et qui n’étaient pas toutes a priori le public visé, se rejoignent sur un point : on a le sentiment d’assister à la naissance de quelque chose d’exceptionnel. « Elle a la carrure d’une PJ Harvey », me confiait quelqu’un qui se remettait à peine de son concert des « Femmes s’en mêlent ». Revoyant Liesa jouer l’autre soir sur la grande scène de l’Olympia en première partie d’Arno, dégageant quelque chose qui ressemblait à la grâce absolue, j’ai repensé à cette remarque et je n’ai pu que lui donner raison. J’espère que le temps confirmera. J’y crois de plus en plus.

 

 

 

Post navigation


Le retour des sons en images

Alors, ce nouvel appareil, un mois plus tard ? Des essais, des cafouillages, des surprises, des plantages de réglages, des ratages d’autofocus, des rendus étonnants, des tris et retouches jusqu’à pas d’heure – cette dernière option étant synonyme de retour des photos de concert depuis quelque jours. La phase de prise en main est toujours déroutante : on voit s’ouvrir tout un tas de possibles, sans bien en prendre la mesure, tout en s’apercevant qu’on ne sait plus rien et qu’il faut tout reprendre à zéro.

En live, ça donne pour l’instant ce genre de choses. Avec par ordre d’apparition à l’écran : la magicienne Lidwine et sa chorale, la pop festive de Lolito, Theo Hakola & The Wobbly Ashes (l’un des tout premiers artistes que j’aie vus en concert il y a quinze ans), et Liesa Van der Aa qui a donné hier soir à Mains d’Œuvres un concert d’une intensité inouïe, seule sur scène avec son violon et sa pédale d’effets, un spectacle total et minimaliste à la fois.

Le meilleur reste à venir, et je m’en réjouis d’avance.

 

http://i48.tinypic.com/swv0q8.jpg

http://i50.tinypic.com/18cje9.jpg

http://i48.tinypic.com/2mqjhw8.jpg

http://i48.tinypic.com/30uwm7t.jpg

http://i48.tinypic.com/25r1935.jpg

http://i47.tinypic.com/21n1teu.jpg

Post navigation


Nous voilà traversés par les lueurs

 

L’un des plus beaux albums que j’aie entendus cette année (Vers les lueurs), l’un des concerts les plus intenses, le mois dernier à Massy, puis la possibilité de revivre l’expérience samedi dernier à Noisy-le-Sec. J’avais décidé, si je n’allais pas aux Utopiales cette année, de retourner voir Dominique A sur scène. Mais je n’ai su qu’il y a quelques jours que je serais autorisée à le photographier. Expérience intimidante face à une telle pointure, dont la musique me touche à ce point, et dans une grande salle en configuration théâtre. Trop concentrée sur les photos pour entrer pleinement dans le concert, mais impressionnée par la carrure et la prestance du personnage, et touchée en plein cœur par certaines chansons – dont les dix minutes épiques et belles du Convoi en rappel. Impressionnée aussi, comme chaque fois, par le bassiste et contrebassiste Jeff Hallam, vu cette année avec différentes formations (dont Robi et Playing Carver) et dont la gestuelle expressive et souple fascine par son contraste avec la silhouette robuste et droite de Dominique A.

http://i49.tinypic.com/1694xeo.jpg

http://i49.tinypic.com/9ka6bq.jpg

http://i46.tinypic.com/2hx4r35.jpg

http://i45.tinypic.com/35n1pi8.jpg

http://i45.tinypic.com/2mx3dk2.jpg

En première partie, le plaisir de retrouver Robi qui a été une de mes découvertes marquantes de l’année par ses concerts bruts et intenses, en attendant son premier album à paraître en février prochain. Et que je vous conseille vivement d’aller découvrir ce mercredi sur la scène du Divan du Monde.

Pas d’Utopiales pour moi cette année, mais une fin de semaine studieuse, et cette très belle soirée.

(Le reste des photos est visible ici et , ainsi que le compte-rendu du concert de Massy.)

http://i50.tinypic.com/2evd89u.jpg

http://i45.tinypic.com/2w682z5.jpg

 

Post navigation


Leçon de rock’n’roll

http://i47.tinypic.com/2jedq8.jpg

Pas d’Utopiales pour moi cette fois-ci, la faute à une fin d’année un peu chargée. Plus que deux mois pour boucler la traduction de The Way of Kings de Brandon Sanderson (mille pages, un kilo cinq), et le temps passera vite. Outre des rencontres scolaires, je participerai en revanche à deux salons d’ici la fin de l’année. Celui de Sèvres le 8 décembre, mais aussi celui de l’Autre Livre à Paris le 17 novembre, où je représenterai les éditions Dystopia avec Yves et Ada Rémy.

Dystopia qui organise d’ailleurs le 13 novembre une nouvelle édition de ses Dystopiales à la librairie Charybde, avec du beau monde : Robert Charles Wilson, Norman Spinrad, Stéphane Beauverger, Laurent Genefort, Thomas Day, Manchu, Tarik Noui, Yves et Ada Rémy. Presque un an jour pour jour après cette première édition dont je garde un souvenir ébloui et qui avait permis de faire venir Lisa Tuttle pour sa toute première signature en France.

Intermède musical : il y avait longtemps que je n’avais pas parlé ici d’Amanda Palmer. Si je suis sortie de la phase où j’écoutais en boucle ses albums et ceux des Dresden Dolls (j’ai même eu un peu de mal, jusqu’au concert récent, à entrer pleinement dans Theatre is evil), le personnage me fascine toujours autant. Par sa créativité insensée, son lien très fort avec son public, mais aussi parce que j’aime l’idée que des fans encore jeunes soient exposés au genre de valeurs qu’elle véhicule. D’une fois sur l’autre, j’oublie ce que c’est de se trouver dans le même espace qu’elle, que ce soit une salle de concert ou une chambre d’hôtel pour une interview. Et puis quand ça se produit, je me rappelle d’un seul coup et je rentre chez moi avec un sourire jusqu’aux oreilles. En l’espace de deux semaines, je l’aurai vue assurer une session Cargo particulièrement rock’n’roll dans un espace minuscule, martelant son clavier comme une folle furieuse, puis assurer un concert extraordinaire à la Maroquinerie malgré une extinction de voix, en impliquant le public (notamment à travers un karaoké improvisé) et en nous donnant l’impression de participer à un moment réellement unique. Plus je vois cette tornade sur scène, plus elle m’impose le respect. Les images ci-dessous devraient vous donner une idée du phénomène. Pour ceux qui se poseraient la question, c’est bien votre matelote hilare que vous apercevez en train de contribuer à régler un proiblème d’ampli.

(À signaler aussi cette vidéo qui résume bien l’ambiance à part de ce concert sans voix de la Maroquinerie, les belles photos de l’indispensable René-Marc Dolhen, ma chronique détaillée du concert, le reste de la session Cargo où elle interprète le sublime Trout Heart Replica, et les photos que j’ai prises à cette occasion).

Post navigation


Des notes et des silences

 

 Quand on griffonne ado ses premiers textes à l’encre bleue sur copie double, on n’image pas quelles occasions improbables en découleront plus tard. Voilà quelques années que j’ai été contactée par un certain Jérôme Marie, compositeur de son état, qui souhaitait écrire une musique inspirée par ma nouvelle « Serpentine ». Je savais qu’il avait déjà adapté les textes de plusieurs collègues, notamment de Michel Pagel qui m’avait dit avoir été très touché d’entendre en concert une adaptation de son roman Nuées ardentes. Forcément, j’ai dit oui.

Je vous passe la découverte émue des différents mouvements au fil des échanges de mails. J’en dirai simplement que cette musique m’a tout de suite parlé. Et puis ce samedi soir, me voilà invitée à Clermont-Ferrand pour assister à une représentation publique de ces morceaux. Le spectacle comportait différentes œuvres, dont deux pièces tirées de « Serpentine ». Un orchestre, une chapelle, et l’émerveillement de découvrir dans la salle de vrais instruments, de vraies partitions, un vrai chef d’orchestre. Ça paraît idiot, dit comme ça. Mais on ne se représente vraiment le tableau qu’une fois installé dans les fauteuils de la chapelle alors que le concert commence.

C’est étrange et beau d’entendre une musique inspirée de ses propres écrits. Un peu irréel aussi. On cherche le lien entre ces ambiances et les images qu’on avait en tête en écrivant. Parfois, ce lien nous échappe. Et parfois, ça nous tombe dessus d’un seul coup avec une grosse bouffée d’émotion. Hier soir, à Clermont, j’ai littéralement entendu la pulsion dont parle Joseph dans la nouvelle et qui est le moteur de sa demande à Nikolai. Je ne sais pas moi-même à quoi ressemble le motif abstrait de son tatouage, mais je l’ai entendu.

Jérôme Marie a un talent immense et des projets plein la tête. Il a également adapté des textes de Pierre Bordage, Ayerdhal, Henri Loevenbruck ou encore Carina Rozenfeld, et il ne va pas s’arrêter là. L’écoute des extraits disponibles sur son blog sera peut-être plus parlante que ce que je pourrais en dire ici.

Mais ce que je sais, c’est qu’il m’a fait hier un magnifique cadeau.

 

http://i47.tinypic.com/ok351z.jpg

Dans le train du retour, j’ai poursuivi une lecture commencée le week-end précédent dans un autre train, et qui n’est pas une expérience neutre. Vous connaissez cette sensation particulière quand on découvre chez quelqu’un qu’on connaît « dans la vraie vie » un talent dont on ne soupçonnait pas l’ampleur ? Voilà ce que m’inspire Noir sur blanc, le récit autobiographique de Ketty Steward paru tout récemment. Je savais que Ketty avait une histoire chaotique dont je ne connaissais que des bribes. Je savais que j’en apprendrais d’autres dans ces pages et que ce ne serait pas une lecture légère. Ce que je n’attendais pas forcément, c’est la justesse du ton, la pudeur et l’absence de complaisance, même (voire surtout) lorsqu’elle aborde les épisodes les plus douloureux de son histoire. Une enfance aux Antilles gouvernée par les règles rigides d’une communauté d’Adventistes du Septième Jour et régulièrement marquée par l’indifférence et la lâcheté abjecte des adultes. Noir sur blanc se présente comme une série de tableaux thématiques : chats noirs et cailloux blancs, nuits blanches et magie noire, robe blanche, tableau noir, pour dire une vie marquée par les contraires et les extrêmes.

Mon regard sur ce livre n’est forcément pas objectif. Mais dès les premières pages, il m’a impressionnée. Si je devais le rapprocher d’une autre (re)lecture récente, ce serait Histoire de Bone de Dorothy Allison. Deux livres très différents mais qui ont en commun la justesse avec laquelle leur auteur évoque sa propre histoire, et tout ce qui s’y dit entre les lignes.

« Quand le silence n’est pas un soutien pour les mots, quand il n’est que rideau, je l’exècre et je parle. Je l’exècre et j’écris. » (Noir sur blanc)

 

Post navigation

1 2 3 4