Blog

Cinq geeks à la mer

La geekette en moi a le trac : dans moins d’un mois, elle passe à la télé. Un documentaire au titre éloquent, Fantasy Stars : auteurs de fantasy et gamers, sera diffusé à partir du 6 juin sur la chaîne Nolife, ainsi que sur le site de la chaîne. J’y apparaîtrai en compagnie de Fabrice Colin, David Calvo, Mathieu Gaborit et Laurent Genefort. Les questions portaient à la fois sur la fantasy et ses définitions, sur l’évolution du jeu vidéo et sur nos meilleurs souvenirs de jeu. Le hasard du timing ayant voulu que le tournage ait lieu alors que je venais à peine de récupérer ma PS3, je n’aurai pas pu parler des claques qu’on été Heavy Rain et surtout Silent Hill. À la place, vous aurez droit à World of Warcraft, L’Arche du Capitaine Blood et autres jeux sur Amstrad.

 

Petit bonheur du week-end, au retour d’une belle journée aux Futuriales d’Aulnay-sous-Bois : le très attendu épisode de Dr Who scénarisé par Neil Gaiman, « The Doctor’s Wife », est une petite merveille. Typiquement un de ces épisodes dont on hésite à parler en détail pour ne pas gâcher la surprise des autres. Disons simplement qu’il y avait une idée très simple et très belle à laquelle personne n’avait pensé – vous en rêviez, Neil Gaiman l’a fait. C’est du pur Dr Who et du pur Gaiman à la fois, avec plein de jolies répliques et de moments poétiques.

 

Et pendant ce temps, retour de vieilles questions existentielles : pourquoi suffit-il d’une nouvelle qui refuse de se laisser retravailler pour réveiller la peur de ne plus jamais réussir à écrire ? Je continue à retravailler la nouvelle commencée en février mais il y a longtemps qu’un texte ne m’avait pas donné autant de mal. Je finirai par avoir le dessus – enfin je l’espère – mais ça soulève pas mal de questions. Je m’interroge beaucoup notamment sur le rapport entre l’évolution d’une personne et celle de son écriture. Je suis de plus en plus persuadée que l’on n’est réellement plus la même personne d’une année sur l’autre. Partant de là, de quelle manière évolue l’écriture ? Je finirai peut-être par trouver la réponse un jour. En attendant, je réfléchis à des moyens de faire exister ce texte-là. Chaque chose en son temps.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *