Blog

Paris et vingt bougies

Vingt ans ce mois-ci, soit l’exacte moitié de ma vie. J’y suis arrivée, comme beaucoup d’autres, dans le cadre de mes études. J’ai compris aussitôt que j’y serais chez moi ; je n’en suis jamais repartie. Les dernières années de mon adolescence, j’avais fantasmé les grandes villes à travers le New York de Woody Allen, et j’en habitais soudain une qui lui ressemblait beaucoup. Une ville où – j’en revenais à peine – il m’était désormais possible de voir n’importe quel film en VO le jour de sa sortie. Une ville où rencontrer des auteurs que j’avais lus, voir sur scène mes groupes préférés, marcher dans des décors que je ne connaissais que par les films ou les pages d’Adèle Blanc-Sec (j’y repense en souriant chaque fois que je traverse les Buttes-Chaumont). J’avais parfois eu l’impression, en grandissant, de vivre loin des endroits où tout se déroulait, de n’être pas destinée à croiser ces choses-là. Et voilà que le hasard de mes études me conduisait, pour ainsi dire, au cœur des choses.

J’avais vingt ans et, soudain, toutes ces choses-là à portée de main, à portée de métro (une aubaine pour moi qui détestais conduire). Des bouquinistes, des librairies de langue anglaise, des disquaires d’occasion, le Virgin des Champs-Élysées où rôder tard le soir, des terrasses de café où bouquiner, des quartiers tous différents à explorer un par un, la Seine à longer sans jamais s’arrêter, et surtout des salles de concert par dizaines. Désormais, découvrir sur scène les groupes que j’écoutais n’était plus un fantasme inaccessible. J’ai vu Portishead à peine arrivée, à l’Élysée-Montmartre, et puis d’autres, beaucoup d’autres, par centaines au fil des ans. J’habitais une petite chambre sous les toits dans un joli coin du 16ème, près d’un marché, à vingt minutes à pied de la Maison de la Radio – chaque semaine, j’assistais aux émissions qui avaient jusque-là peuplé mes soirées à distance, du « Masque et la Plume » aux « Black Sessions » de Bernard Lenoir. Les rêveries d’hier devenaient mon nouveau quotidien. J’écoutais Ouï FM, j’y entendais chaque jour Belle and Sebastian ou dEUS, je rencontrais des gens qui aimaient les mêmes musiques ou les mêmes livres que moi, je n’avais pas l’habitude.

Comment aurais-je pu ne pas aimer Paris ? Elle incarnait tout ce que je désirais sans nécessairement l’avoir formulé. Je n’avais pas osé croire que toutes ces choses-là me seraient offertes un jour. Certains rêvent de nature et de grandes maisons avec jardin ; avant même de le savoir, j’étais au plus profond de moi une enfant des grandes villes. Je ne l’ai compris qu’en arrivant ici. Vingt ans après, je ne conçois toujours pas ma vie ailleurs.

Les années ont défilé, les décors de mon quotidien ont changé. J’ai délaissé ma chambre sous les toits pour un appartement trop sombre à mi-chemin entre Bastille et Nation, puis pour un coin du 18ème où les murs aux graffitis bariolés côtoient les bâtiments recyclés, et que j’aime peut-être plus encore que mes quartiers précédents. J’ai travaillé trois ans en hôtellerie, démissionné pour devenir traductrice, j’ai publié mes propres livres. J’ai déserté les quartiers où je rôdais étudiante (Jussieu, Mouffetard, Saint-Germain), délaissé la Maison de la Radio pour les Trois Baudets ou la Maison de la Poésie, traîné de Charybde en Scylla dans les librairies du même nom, où j’ai acheté des livres, où j’en ai signé d’autres et souvent retrouvé des amis. J’ai déplacé mon bureau dans quelques dizaines de cafés en quinze ans de traduction.

Certains lieux, pourtant, restent des pivots. Pigalle évidemment, toute l’étendue située entre les métros Anvers et Blanche, où j’ai si souvent patienté devant les salles de concert, bu des verres à « La Fourmi » en sortant du Divan du Monde, marché en rentrant de soirées tardives – Pigalle m’a pour ainsi dire vue grandir. Je ne peux jamais apercevoir au loin le café « Au rendez-vous des artistes » sans me rappeler cette soirée de 1999 qui s’y est achevée après un concert des Go-Betweens en compagnie de Robert Forster, de Grant McLennan et d’un groupe de fans, et où j’ai découvert en Grant quelqu’un de simple et de chaleureux, sans savoir que ce moment-là ne se reproduirait jamais car il serait mort quelques années plus tard. C’est un réflexe depuis, je traverse Pigalle, j’aperçois ce café et je repense à lui. Un des innombrables fantômes que j’ai semés dans tout Paris. Je ne savais pas, en grandissant, qu’on s’appropriait à ce point-là une grande ville, que chaque quartier, chaque coin de rue, devenait porteur d’une minuscule parcelle de notre histoire. Je ne savais pas qu’habiter Paris, c’était rentrer du cinéma le soir en longeant la Seine et sourire en apercevant Notre-Dame éclairée au loin, pas comme un monument à visiter mais comme un élément de notre décor quotidien, et d’autant plus belle pour cette raison.

J’aime Paris parce que je crois la connaître par cœur et que je la redécouvre sans cesse. Je l’aime parce qu’elle est le décor de ma vie d’adulte et le réceptacle de si nombreux souvenirs, la ville qui m’a offert le plus de rencontres. Elle est le livre d’images de mes vingt dernières années. Je la visite peu désormais, beaucoup trop peu, par rapport à l’époque lointaine où je l’explorais dans un émerveillement constant ; mais j’aime la savoir autour de moi. Savoir que je peux, sur un coup de tête, descendre marcher dans ses rues à la nuit tombée avec ma bande-son du moment dans les oreilles, et m’y sentir tellement à ma place.

J’ai vu beaucoup de gens, au fil du temps, quitter la ville ou s’en lasser, rêver du jour qui les conduira ailleurs. J’en entends d’autres la trouver oppressante et sale, soupirer de retrouver « la grisaille et le béton » à leur retour de vacances, et je m’étonne ou m’en attriste chaque fois. Je trouve toujours si doux de revoir les façades parisiennes par la vitre d’un train ou d’un taxi au retour d’un déplacement. À peine rentrée de New York en mai dernier, je souriais de voir mon quartier m’accueillir sous un rayon de soleil. C’est ici que je suis chez moi. La ville m’a prise sous son aile il y a vingt ans, elle a fait de moi la personne que je suis devenue. J’ai parfois du mal à faire comprendre à d’autres que la petite taille des logements m’importe assez peu, du moment que Paris les entoure. Presque tout ce qui m’est essentiel est ici.

J’ai l’impression d’y avoir vécu une dizaine de vies successives. J’emprunte les mêmes rues, une année après l’autre, porteuse d’autres envies, d’autres habitudes, d’autres souvenirs, je m’en crée de nouveaux à chaque pas. Et ce qui m’émerveille le plus, une moitié d’existence plus tard, c’est d’aimer encore la ville comme au premier jour.

Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *