Langage de la peau

(2008)

“Elle s’insinue par mes narines, sournoise, pour me liquéfier de l’intérieur. Je la sens se glisser plus profond, investir mes tripes. C’est peut-être elle qui se glisse sous ma peau, jusqu’au bout de mes doigts, pour les faire trembler comme ça. Elle me chamboule, voilà tout. Elle réveille quelque chose. C’est tout mon corps qui hurle sans savoir ce qu’il réclame.”

Une odeur attire Fiona vers une maison inconnue. Une odeur totalement nouvelle mais qu’un instinct en elle semble reconnaître.

 

 

 

Cette nouvelle a été publiée dans le recueil Notre-Dame-aux-Ecailles.